Responsive image
Ecriture

Prestations rédactionnelles

Analyse de livres / 2024 Ecrivain biographe

La maîtresse du Général
Maurice de Kervénoaël

ISBN 978-2-8098-4917-2
Ed l’Archipel, 2024


La lecture de ce livre rompt avec la traditionnelle approche historique des guerres de Vendée, cette lutte entre les Rouges, défenseurs de Dieu et du Roi, arborant un double cœur sur leur poitrine, appelés "Chouans" ou encore "Vendéens" et les Bleus révolutionnaires, constitutionalistes issus de la révolution de 1789, luttant pour leurs droits et leur reconnaissance civique et sociale.

L’historien Maurice de Kervénoaël nous offre un livre très documenté où, cependant, il n’est pas toujours facile de naviguer parmi les différentes familles nobles citées au risque de se perdre dans des noms de famille plusieurs fois anoblis.

L’originalité de ce récit tient au fait que le fil conducteur est la vie amoureuse de Louise, jeune femme de dix-sept ans bien née du Bot du Grégo devenue vicomtesse de Pont-Bellanger par un mariage convenu qui va conduire à la naissance d’un fils puis à un divorce.

Aventurière, attachée viscéralement à ses terres, Louise va se partager, idéologiquement et sentimentalement, à la suite du séquestre de ses biens entre les Rouges et les Bleus, très sensible aux charmes du jeune et brillant général Lazare Hoche mais pas insensible aux charmes du commandant de l’armée catholique, le très aristocratique François Athanase de Charrette.
Intrigante, espionne de son temps n’hésitant pas un seul instant à écrire au plus haut niveau de la hiérarchie pour promouvoir les siens, Louise va terminer sa vie, fidèle à son mari, Bonté, ancien et dévoué bras droit de Hoche.

Louise s’éteignit de façon inattendue à l’aube du 17 janvier 1826, à Trévarez, vaincue sans doute par son trop de passion.

Ce livre, bien écrit et très documenté intéressera tous les Vendéens et tous ceux d’origine vendéenne mais aussi ceux qui rentreront ainsi dans l’intimité de ces guerres de religion où Hoche a acquis le qualificatif de « pacificateur de la Vendée » tel qu’écrit sur sa statue versaillaise.

© F-M Pailler
21/04/2024